"serait-ce une rime qui passait en volant? ou était-ce une mouette?"

Cacaso

ALGORITHMES:
UN NOUVEAU REGARD
Par Regina Célia Pinto
Traduit par Anne Sobotta

Les artistes français du collectif Paris Connection (Antoine Schmitt, Frédéric Durieu, Jean-Jacques Birgé, Jean-Luc Lamarque, Nicolas Clauss et servovalve) créent des œuvres multimédia, visibles sur l'internet, en CD-ROM ou lors d'expositions, et développées à partir d'algorithmes, codes et langages de programmation informatique. Ces créations bien souvent, et ceci au delà du grand impact visuel, auditif et esthétique qu'elles provoquent, permettent tant l'action que l'interaction du spectateur. Lorsque tant l'une que l'autre se produisent, l'expérience des possibilités de chaque création devient alors plus importante que le produit final créé à l'aboutissement de ce processus.

Lorsque l'on se penche attentivement sur les créations de Paris Connection, ou à l'occasion de la traduction des interviews du groupe avec le canadien Jim Andrews, ce qui immédiatement émerge, au delà de la contemporanéité, est une culture indiscutablement française, en syntonie avec les grandes transformations de la condition de l'homme survenues tout au long de l'histoire. Il est alors intéressant de se tourner vers le passé et établir quelques parallèles, ceci principalement avec la gastronomie française, dont l'excellence en fait une véritable aventure de la tradition et du raffinement et qui dans ce pays accompagne toute activité culturelle.

1- Ouverture: "Giverny: Soupe à l' oignon et Veuve Clicquot”, L’Art et la Science en France au tournant du XIXième et du XXième siècle

Le daguerréotype conçu par Daguerre, peintre et décorateur de théâtre, est responsable pour l'entrée de l'image occidentale dans la nouvelle ère mécanique. Le daguerréotype était déjà, en-soi, une technologie. Vu sous cet angle, le 18 Août 1839 n'est donc pas une simple date, mais un retournement. C'est à ce moment que commence la longue transition des arts platiques vers les arts et industries visuels. Ce jour-là l'invention de ce "nouveau instrument pour l'étude de la Nature" devenait publique. La cérémonie se tint à l'Académie des Sciences et non à celle des Beaux-Arts. Aux yeux de beaucoup, l'invention n'était rien de plus qu'un ustensile, un auxiliaire de travail scientifique, mis à la disposition des astronomes, botanistes et archéologues. Cependant Delaroche, peintre de scènes de batailles et alors à l'apogée de sa carrière, sortit de la cérémonie en s'exclamant: "Aujourd'hui la peinture est morte".

Le résultat fut pourtant bien l'apparition de la peinture moderne, qui nait en France entre 1870 et 1880, comme une révolution symbolique, un travail de conversion collective, démarré par les impressionistes et hautement nécessaire à la création de ce monde nouveau dont notre propre regard est le produit. Vu sous cet angle, on peut dire que les nymphéas - fleurs qui la nuit se retirent sous la surface de l'eau pour renaitre chaque matin avec la lumière du jour - furent un instant de ce monde. Les nymphéas, au travers de Monet, devinrent les fleurs de l'impressionisme: - Ce fut un matin des yeux, un nouveau regard.

Ce fut la fin de ces temps singuliers quand Monet fréquentait de simples estaminets servant la soupe à l'oignon. De fait, cela faisait déjà un certain temps que Geffroy et Monet avaient établi leur Dîner Drouant des vendredis, pendant que chaque premier jeudi du mois Mallarmé, George de Bellio et Renoir se retrouvaient au Café Riche. À partir de ce moment se retrouvent invités chez Monet à Giverny les amis des temps difficiles: Renoir, Sisley, Pissarro, Cézanne, Mallarmé...

2- Thêmes et Variations: "Le Cru et le Cuit et la Soupe Chinoise" , L’ Art et la Science en France au tournant du XXième et du XXIième siècle

Dans les premières pages de l'ouvrage Le cru et le cuit Claude Lévi-Strass démontrait que de tous les arts c'est la musique qui ressemble le plus à une science, tout en restant une source d'émotions incomparables. Lévi-Strauss affirme que la nature offre spontanément à la peinture tous ses motifs et couleurs, et parfois jusqu'à sa matière pure, alors que la musique parcourt un trajet à son extrême inverse, puisque les principes avec lesquels celle-ci opère sont d'ordre culturel - les sons musicaux dans leur majorité n'existeraient pas pour l'homme si celui-ci ne les avait inventés. Lévi-Strauss affirme encore qu'il est impossible d'établir des parallèles entre une certaine tendance de la peinture moderne non-figurative et l'art de la calligraphie chinoise, puisque dans le premier cas les formes auxquelles l'artiste a recours n'existent dans nul autre plan, tandis que la calligraphie, au contraire, repose entièrement sur un graphisme ou un ensemble de signes pré-existants.

Que penserait le sage anthropologue français devant l'art des artistes de l'actuel Paris Connection, un art basé sur des algorithmes, codes et languages de programmation? Continuerait-il à soutenir que c'est la musique qui le plus ressemble à une science? Sous quelle catégorie classerait-il cet art qui consiste essentiellement en programmation, codes, et ensembles de signes tous précédemment établis? Serait-ce par pur hasard que Jean-Jacques Birgé, le musicien qui se dit aussi l'auteur de l'une des meilleures soupes chinoises de Paris et le seul d'entre les artistes de Paris Connection à ne pas utiliser la programmation, assume bien souvent la tête du groupe? Il tente lui-même de l'expliquer: ...j'ai une grande maison avec jardins où je peux organiser des dîners et voir des films sur grand écran, et y projeter aussi nos petits machins ! Je possède aussi des centaines de livres, vidéos, dvd, disques, CD-ROMs, etc., et j'ai la réputation de cuisiner une des meilleures soupes chinoises [1] à Paris, particulièrement parce que je ne fais jamais deux fois la même, j'improvise là aussi! Pures coïncidences?

Ce groupe d'artistes français et ses curieuses créations nous amènent à nous questioner: À la manière des impressionistes, seraient-ils en train de produire un nouveau matin des yeux, un nouveau regard sur l'Art? Un regard complexe, éminement actif, interactif et scientifique?

Note:

[1]- À ma question sur l'algorithme de sa soupe chinoise, Jean-Jacques Birgé a répondu avec humour:
Pour la soupe chinoise c'est beaucoup plus compliqué qu'un simple algorithme même très complexe. Il faut au moins posséder une cinquantaine d' ingrédients pour pouvoir improviser devant la casserole. Je trouve épices, viandes, poisson, légumes, herbes, graines, fleurs, piments, etc. dans les magasins parisiens de Chinatown. Plus un petit voyage en Asie, dans les contrées reculées du Nord-Vietnam ou au Japon, et le tour est joué. Je ne mets pas plus de 15 minutes pour servir, mais il m'aura fallu toute une vie pour en arriver là. Voilà pourquoi la programmation est un jeu d'enfants. ;o)

Bibliographie:

  • BACHELARD, Gaston. O direito de sonhar (Le droit de rever). São Paulo, DIFEL, 1985
  • BOURDIEU, Pierre. O poder simbólico (Le povoir symbolique). Rio de Janeiro, Editora Bertrand Brasil, 1989.
  • DEBRAY, Régis. Vida e morte da imagem: uma história do olhar no ocidente (Vie et mort de l' image: une histoire du regard em Occident). Petrópolis, RJ, Vozes, 1993.
  • JOYES, Claire. À mesa com monet (Le carnets de cuisine de Monet). Rio de Janeiro, Salamandra, sem data.
  • LÉVI-STRAUSS, Claude. O cru e o cozido (Le cru et le cuit). São Paulo, Brasiliense, 1991.

ALGORITHMES:
UN NOUVEAU REGARD
Par Regina Célia Pinto
Traduit par Anne Sobotta
 
Cliquez pour aller en haut du document
Co-édition février 2003, New York, Rio, Berlin, Toronto